top of page

Geneviève Castrée (9 avril 1981 - 9 juillet 2016)

Dernière mise à jour : 21 mars 2022

Illustratrice, poétesse, musicienne et bédéiste. Geneviève Castrée, de son nom biologique Geneviève Gosselin, est née le 9 avril 1981 à Loretteville au Québec.


Dès l’âge de quinze ans, elle participe à plusieurs fanzines et est très active dans le milieu underground créatif montréalais, ce qui la mène à publier son premier recueil de bande dessinée intitulé Lait frappé aux éditions L'Oie de Cravan au tournant de l’an 2000. Il s’agit d’une œuvre complexe, dense et crue qui présente les mésaventures et fantasmes félins d’une jeune fille. La bande dessinée est présentée sans texte à proprement parler tout en étant divisée en chapitres aux titres écrits en alphabète cyrillique et traduits en français à la fin de l’album. On y découvre un univers à la fois dense, mystérieux et hautement émotif. Suivront d’autres œuvres, dont la bande dessinée Roulathèque, roulathèque, nicolore en 2001 et le livre-audio Pamplemoussi en 2004, toujours aux éditions L’Oie de Cravan.


Photographe : via Pitchwork/GoFundMe


L’artiste lance également des albums musicaux sous les noms de Woelv, Ô Paon ou Geneviève Elverum, reprenant le nom de son conjoint, le musicien Phil Elverum, avec qui elle collabore sur divers projets.


En 2012, Geneviève Castrée publie la magnifique et ténébreuse bande dessinée Susceptible, le récit autobiographique de sa jeunesse qui raconte avec une franchise et une pudeur touchantes sa relation conflictuelle avec sa mère, son conjoint ainsi que les difficultés générées par l’absence de son père, qui vit dans une autre ville. Trois ans plus tard, elle publie sous le nom de Geneviève Elverum un recueil de poésie intitulé Maman sauvage où elle aborde son expérience de la maternité, qui oscille entre confiance et inquiétude.


Geneviève Gosselin décède le 9 juillet 2016 à l’âge de trente-cinq ans des suites d’un cancer du pancréas, quelques mois après avoir donné naissance à sa fille. En 2018 parait à titre posthume un magnifique album jeunesse illustré intitulé Une bulle, cadeau d’adieu et d’amour à sa fille.



À ce jour, le travail de Geneviève Gosselin n’est toujours pas rassemblé pour être conservé à titre de partie importante de notre matrimoine. Il est toutefois possible de retrouver ses albums de musique dans les espaces le distribuant ainsi qu'en ligne, et plusieurs de ses albums imprimés sont disponibles en librairie alors que d'autres sont épuisés. sans projet de réimpressions. C'est pourquoi certains de ces ouvrages disponibles en bibliothèque sur consultation seulement, ce qui rend difficile l'accès à ses oeuvres.


«PETIT CUL»
Des fois, quand je m’allonge
je sors mon ventre de mon chandail
pour le regarder.

Récemment, tu fais un angle droit
avec tes fesses
qui se promènent sous ma peau.
Comme si tu donnais un coup de hanche
pour te faire plus de place
tu t’étires.

Si on essaie de regarder un film
et que le film est moins que fascinant
on observe ton petit cul bouger
à la place.

Crédit :

1. Extrait de Susceptible, éditions Apocalypse, 2012, paru sous le nom de Geneviève Castrée.

2. Extrait de Pamplemoussi, éditions L'Oie de Cravan, 2004. Livre audio, paru sous le nom de Geneviève Castrée.

3. Extrait d'Une bulle, éditions La Pastèque, 2018. LIvre illustré pour enfant, paru sous le nom de Geneviève Castrée.

4. Extrait de Maman sauvage, éditions L'Oie de Cravan, 2015. Recueil de poèmes, paru sous le nom de Geneviève Elverum.


Sources :

Chapuis, Marius, « Geneviève Castrée : trop tôt, trop tard » dans Libération.fr, 9 août 2016, consulté le 8 mars 2022.

Tardif, Dominic, « La grande toute petite Geneviève Castrée » dans Le Devoir, 8 juillet 2017, consulté le 8 mars 2022.

Genevève Castrée, site Drawn & Quaterly (anglais), consulté le 8 mars 2022.



34 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page