top of page

Sally Wood (7 janvier 1857 dans l'ex canton de Brome – 30 janvier 1928 dans l'actuelle Montréal)

Sally Elizabeth Wood, Sally E. Wood, Sally Wood ou Miss S.E. Wood est née le 7 janvier 1857 dans l’ancien canton de Brome. Elle apparait parfois sous le nom de Sally Eliza Wood, qui est en vérité le nom de sa mère. Cette confusion est dû à une interprétation erronée de documents historiques lors des premières recherches et publications réalisées sur sa vie et son œuvre.


En date d’aujourd’hui, les documents sources liés à son métier et à sa démarche de photographes, tels que les registres de son studio ou ses carnets de notes, n’ont pas été retrouvés et c’est pourquoi il subsiste des zones de floues et de gris dans son histoire en tant qu’artiste et travailleuse autonome.


Par exemple, il est mentionné dans un article de journal paru de son vivant que Sally Wood aurait appris le métier de photographe auprès de l’homme d’affaires et photographe William Notman mais aucune véritable preuve tangible n’est parvenue jusqu’à nous.


Cela dit, une partie importante de corpus superbe et riche, constitué d’environ 368 négatifs et 78 épreuves originales est conservé à la Société historique du comté de Brome (SHCB) rattaché au Musée Lac-Brome Museum, et ont les plus anciennes sont datées de 1893, soit avant l'ouverture de son studio de photographies.


En 1897, Sally Wood ouvre un studio de photographie à même la maison familiale située à Knowlton. En tant que photographe professionnelle, elle travaille autant en studio qu’en extérieur. Elle produit tout au long de sa carrière sur différents formats et supports : négatifs sur plaque de verre de 8 × 10 pouces, plaque sèche à la gélatine, carte cabinet, grand format ainsi que carte postale illustrée. Les photographies de Sally Wood sont exposées au bureau de poste local, servent à illustrer des articles de journaux et sont également vendues sous la forme de cartes postales.


Les portraits commerciaux de Sally Wood attestent d’une maitrise technique et d’une connaissance des conventions de la représentation en photographie de son époque. Elle contrôle l’éclairage, le décor, la pose du sujet et même le pli des vêtements. Au besoin, elle apporte des corrections sur le négatif et retravaille le cadre lors de l’impression finale sur papier. Ses photographies en extérieur sont d’égale qualité et à noter qu’elle transportait elle-même le lourd matériel requis pour réaliser des images photographiques à cette époque.


Dans sa pratique personnelle, Sally Wood réalise des portraits de personnes de son entourage, et plus particulièrement des femmes. Elle explore des thèmes choisis tels que la famille, les amies, les activités de plein air et les mises en scène d’inspiration théâtrales.


Elle capture ainsi les liens mère-fille sur plusieurs générations, l’intimité et la solidarité entre femmes dans une société discriminatoire tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la cellule familiale et prose un regard critique sur les rituels féminins imposés aux femmes à l’époque victorienne. Ses portraits de femmes en extérieur sont également une forme de remise en question et ou contestation du confinement de la femme à l’espace domestique tel que voulu par les personnes au pouvoir dans la société occidentale à cette époque.


Sally Wood fermera son studio en 1907 tout en continuant de prendre des photographies, dont un magnifique autoportrait ou elle apparait sur seule sur une plage, avec ses rides de vie au front, un seau d’enfant à ses côtés et un long ruban d’algues posés sur les genoux. Son regard se dépose à la fois vers l’extérieur de la photographie mais aussi à l’intérieur de ses pensées. Sa main cachée sous les algues donne à penser qu’elle y cache le déclencheur de son appareil dont elle aurait peut-être caché le fil dans le sable pour le faire disparaître. En tous les cas, Sally Wood est une artiste consciente du pouvoir de l’image et possède toutes les compétences techniques ainsi qu’artistiques pour créer capturer les images de son imagination sur papier photo. L’étude de ses autoportraits sont tout aussi intéressants.


Pour en savoir plus sur Sally Wood, nous vous invitons à la conférence Sally E. Wood (1857-1928) : les femmes photographes au tournant du 20e siècle au Québec le vendredi 12 août 2022 lors des 5e Rendez-vous d'histoire de Québec.



Crédit :

1. Jeune fille posant avec son vélo, plaque sèche à la gélatine, 20.32x 25.4 cm, c. 1905, Source Musée Lac-Brome, fonds Sally E. Wood (BCHS202-S1-D1-P19), photographe Sally Wood

2. Sarah Eliza Foster et ses filles, plaque sèche à la gélatine, 11.43 x 16.51, c. 1902, Source Musée Lac-Brome, fonds Sally E. Wood (BCHS202-S1-D8-P6), photographe Sally Wood

3. Autoportrait de Sally E. Wood, plaque sèche à la gélatine, 11.43 x 16.51, c. 1915, Source Musée Lac-Brome, fonds Sally E. Wood (BCHS202-S1-D8-P12), photographe Sally Wood


Sources :

Reeves, & A. Lacroix, Wood & Wheeler, catalogue d'exposition.. Société historique du comté de Brome

Sally Elizabeth Wood (Sally Eliza Wood), Canadian Women Artists History Initiative


Écoutez l'épisode de notre balado Matrimoine Oui! consacré à la photographie intitulé Sally Wood x Marisa Portolese disponible sur le site de CISM-FM et sur la plateforme d'écoute Spotify.


39 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page