top of page

Micheline de Passillé (1936 - )



Micheline de Passillié est née en 1936 au Québec. Elle apprend les techniques de l’émail de façon autodidacte alors qu’elle travaille comme technicienne de laboratoire à l’Université de Montréal. Elle réalise d’ailleurs ses premières pièces à l’aide de retailles de cuivre récupérées depuis le toit en rénovation de l’institution, puis cuites dans les fours de ses laboratoires. Au fil du temps, elle développe ses propres technique et esthétique et vend certaines pièces à l’occasion.


En 1957, Micheline de Passillé et Yves Sylvestre se marient. L’année suivante, le couple s’installe à Québec. Par la même occasion, Micheline de Passillé quitte son emploi afin de se consacrer entièrement au travail de l’émail. Deux an plus tard, elle est nommée « Artisane méritante de l’année » au Salon des métiers d’arts et décide, en collaboration avec son conjoint, de monter leur atelier dans la région des Laurentides.



Le couple complice dans la création suit une démarche axée notamment sur la recherche technique. Micheline de Passillé et son conjoint expérimentent avec plusieurs procédés anciens et modernes, ce qui leur permet de proposer une production variée allant du petit bijou à la murale décorative en passant par le vase ou la sculpture. Si les deux se partagent les responsabilités liées à l’organisation et au développement général de l’atelier, leurs rôles dans la réalisation des pièces sont plutôt complémentaires : Micheline de Passillé conçoit, dessine et émaille les pièces alors que Yves s’occupe du travail des métaux, de la cuisson et du polissage.


À l’occasion de l’Expo 67, les gouvernements du Québec et du Canada commandent au duo des pièces pour les offrir en guise de cadeaux diplomatiques. Au cours des années suivantes, la demande pour leurs produits augmente tellement que le duo décide d’adopter un mode de production en petite série pour certaines pièces. Par exemple, le couple produit en mode semi-industriel des collections de bijoux, où chacun des modèles est tiré à six cents exemplaires et dont les pièces les plus populaires sont rééditées.



Le duo de Passillé-Sylvestre peut, de cette manière, rejoindre un plus grand nombre de personnes avec ses créations tout en ayant du temps afin de réaliser des pièces uniques entièrement faites à la main et continuer ses recherches sur la matière et la forme. Les œuvres signées par de Passillé-Sylvestre se démarquent par leurs lignes pures, leur équilibre de formes, leur choix de couleurs riches et vibrantes, leur savoir-faire technique et leur finition de qualité supérieure.


En 1976, le couple construit à Sainte-Adèle une maison selon les plans de Micheline de Passillé et au savoir-faire d’Yves. Leur projet immobilier comprend un premier atelier personnel au sous-sol de la maison et un deuxième atelier extérieur, réservé aux personnes que le couple emploie. Il faut savoir qu’au plus haut de leur production, le duo a accueilli dix-sept artisanes et artisans pour les aider à leur production et répondre à la demande des presque 500 points de vente distributeurs de leurs œuvres un peu partout en Amérique du Nord. De Passillé-Sylvestre cessent leur production et ferment leur atelier commercial en 1985.


Aujourd’hui, leurs œuvres font partie de la collection du Musée national des beaux-arts du Québec, du Musée de la civilisation de Québec, du Musée des métiers d’art du Québec, du Musée canadien de l’histoire, du Musée Beaulne de Coaticook ainsi que de la collection de l’Université de Montréal.





Crédit :

1. Micheline de Passillé, Décormag,‎ décembre 1978, photo Yves Paquin.

2. Assiette représentant une chicorée, vers 1970, émail peint sur cuivre, collection de l'artiste, de Passillé-Sylvestre, photo Gérald Livin.

3. Vase, 1975, émail sur cuivre, champlevé, & bol « Par Quatre Chemins », 1968, champlevé, collection du MUMAQ, photo Gérald Livin.

4. De Passillé Sylvestre, émailleus d'art, affiche de l'exposition présentée au MUMAQ.



Sources :

Lise Larochelle-Roy. Émail au Québec 1949-1989, Musée d'art de Saint-Laurent, 1990

Louise Charbonneau,. Chez les de Passillé-Sylvestre Une maison faite à la main, Décormag,‎ décembre 1978, p. 34 à 41

MUMAQ. de Passillé-Sylvestre, émailleurs d'art, catalogue d'exposition, 2022


Écoutez l'épisode de notre balado Matrimoine Oui! Micheline de Passillé x Aurélie Guillaume disponible sur le site de CISM-FM et sur la plateforme d'écoute Spotify.

34 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page